Après un refus d'obtempérer

Tensions et émotion après la mort de Naël, tué par la police à Nanterre

  • Publié le 28 juin 2023 à 13:08
  • Actualisé le 28 juin 2023 à 13:16

Les autorités ont appelé au calme mercredi après une nuit de violences urbaines en région parisienne, notamment à Nanterre, où Naël, 17 ans, a été tué par la police après un refus d'obtempérer, suscitant des réactions jusqu'à la star du foot Kylian Mbappé.

Le président Emmanuel Macron a fait part de son "émotion" en Conseil des ministres, à l'issue duquel le porte-parole du gouvernement a lancé un "appel au calme".

"J'appelle au calme et à la vérité de l'enquête judiciaire", avait également déclaré plus tôt Gérald Darmanin.

Le ministre de l'Intérieur a annoncé une réunion de sécurité à Beauvau en début d'après-midi, où doit être validée la mobilisation de 2.000 policiers et gendarmes à Paris et sa petite couronne.

La nuit dernière, 1.200 policiers et gendarmes ont été mobilisés, dont 350 dans les Hauts-de-Seine.

A Nanterre, où les heurts ont été les plus violents, "plusieurs bâtiments publics et privés, parmi lesquels des écoles, ont subi d’importantes et inacceptables dégradations parfois irrémédiables", a déploré la mairie, appelant à arrêter "cette spirale destructrice".

Les affrontements, qui ont commencé dès la fin d'après-midi, se sont terminés vers 3H30 du matin, et se sont étendus à plusieurs autres communes des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. A Mantes-la-Jolie (Yvelines), la mairie de quartier du Val-Fourré a été incendiée.

Quelques troubles et actes de vandalisme ont également été constatés en province, à Mulhouse, Dijon ou Bordeaux, selon une source policière.

Au total, 31 personnes ont été interpellées en France, 24 forces de l'ordre blessées légèrement et une quarantaine de voitures brûlées, selon le ministère de l'Intérieur.

- "Mal à ma France" -

Cette affaire a relancé la controverse sur l'action des forces de l'ordre en France, où un nombre record de 13 décès a été enregistré en 2022 après des refus d'obtempérer lors de contrôles routiers.

Elle a ému jusqu'au footballeur vedette du PSG et capitaine des Bleus, Kylian Mbappé. "J'ai mal à ma France. Une situation inacceptable. Toutes mes pensées vont pour les proches et la famille de Naël, ce petit ange parti beaucoup trop tôt", a écrit le joueur sur son compte Twitter.

Un autre international français, le défenseur du FC Barcelone Jules Koundé, a également réagi, mardi soir: "un jeune homme de 17 ans abattu à bout portant par un policier pour un refus d’obtempérer lors d’un contrôle. Telle est la réalité de la situation et elle est dramatique".

"Qu'une justice digne de ce nom honore la mémoire de cet enfant", a également tweeté l'acteur Omar Sy.

Les faits se sont produits mardi matin près de la station de RER Nanterre-Préfecture.

Dans un premier temps, des sources policières ont affirmé qu'un véhicule avait foncé sur deux motards de police.

Mais une vidéo circulant sur les réseaux sociaux, authentifiée par l'AFP, a montré qu'un des deux policiers tenait le conducteur en joue, puis qu'il a tiré à bout portant quand la voiture a redémarré. "Des images extrêmement choquantes", a commenté Gérald Darmanin.

Dans la vidéo, on entend "tu vas te prendre une balle dans la tête", sans que l'on puisse attribuer cette phrase à quelqu'un en particulier.

Naël M. est décédé peu de temps après avoir été atteint au thorax.

- "Américanisation"-

Le policier soupçonné du tir mortel, âgé de 38 ans, a été placé en garde à vue pour homicide volontaire, dans le cadre de l'enquête confiée à l'Inspection générale de la police nationale. "C'est un brigadier de police aguerri, qui avait la confiance de sa hiérarchie", a dit sur Cnews le préfet de police Laurent Nunez.

"Nous prendrons les décisions administratives de suspension si jamais des charges étaient retenues contre lui", a annoncé Gérald Darmanin.

Le drame a également provoqué de nombreuses réactions sur la scène politique.

"La peine de mort n'existe plus en France. Aucun policier n'a le droit de tuer sauf légitime défense", a tweeté mardi le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon.

"Ce que je vois dans cette vidéo, c'est un gamin de 17 ans qui est exécuté en France, en 2023, sur la voie publique, par un policier", a déclaré sur Sud Radio la cheffe d'EELV Marine Tondelier, déplorant "une américanisation de la police".

Mal à l'aise, les représentants du RN Jordan Bardella et Sébastien Chenu ont invoqué "un drame", une "tragédie" et demandé à respecter "le temps de l'enquête", ainsi que "la présomption d'innocence".

AFP

guest
3 Commentaires
payet
payet
10 mois

Il avait 17 ans et il s’appelait Naël
Il était lycéen et voulait devenir mécanicien
Il conduisait sans permis quand la police l’a exécuté parce qu’il avait désobéi
« Coupe [le moteur], coupe »
La voiture avance tout doucement alors que le policier assis sur son capot tient l’enfant en joue. Il crie « Tu vas prendre un tir dans la tête ».
Le coup part, porté à bout portant. La balle traverse le pare-brise et blesse mortellement l’enfant. La voiture avance toujours doucement. Le temps tout entier semble suspendu dans l’écho du tir de fusil. Puis la voiture accélère légèrement et s’écrase quelques mètres plus loin contre un poteau de signalisation.
Les alertes des agences de presse crépitent un jeune homme est mort à Nanterre tué par la police. Le potentiel médiatique est énorme. La machine à désinformer se met en marche. Un délinquant, qui a tenté d’assassiner les policiers. La droite, l’extrême-droite et des syndicats de policiers hurlent à l’insécurité à ces hordes de banlieue pas bien de chez nous, incontrôlées qu’on n’a pas les moyens de mater. La faute au laxisme de la justice, à une loi permissive et droitdelhommiste. Comme chaque fois ils avancent leur agenda : défaire nos droits et libertés. La loi, ils veulent l’écrire eux-mêmes à coup de balle tirée à bout portant sur un enfant de 17 ans. L’âge de mon fils. Je pleure avec la mère de Naël. J’ai peur avec toutes les mères de gamins de banlieue de 17 ans. L’État policier s’exerce d’abord contre nos gosses dans nos quartiers mais progresse partout. Les propagandistes professionnels de la politique et des médias y travaillent d’arrache pied. Défaire nos droits, livrer nos enfants à l’insécurité permanente d’une police sans éthique ni loi.
Sans le courage et la dignité de ces familles qui se battent pour la justice et la vérité, c’est tout l’ordre démocratique qui vacillerait.
Toute ma compassion et mes condoléances vont à la famille et aux proches de Naël. On pense tellement fort à vous.

Dom
Dom
10 mois

Déjà le permis à 17 ans..

mireille
mireille
10 mois

il faut reformer la police,la justice ,les prisons ....legalisation du zamal= 2 milliards d economie+recettes taxes etc 5 milliards=7 milliards