Selon Reporters sans Frontières

Un journaliste tué et six autres blessés au Liban le 13 octobre ont été "ciblés", selon RSF

  • Publié le 29 octobre 2023 à 22:48
  • Actualisé le 30 octobre 2023 à 05:11

Le journaliste de Reuters Issam Abdallah tué le 13 octobre dans le sud du Liban par une frappe, et six autres journalistes, dont deux de l'AFP, blessés, ont été "ciblés", affirme l'organisation Reporters sans Frontières dans une enquête publiée dimanche.

Sans mettre catégoriquement en cause l'armée israélienne, l'organisation indique par ailleurs que "selon l'analyse balistique diligentée par RSF, la zone de provenance des tirs se situe à l'est de l'endroit où le groupe de journalistes et leurs véhicules ont été pris pour cible, où se trouve la frontière avec Israël".

"Deux frappes d’intensités différentes, séparées de 37 à 38 secondes, ont touché, le vendredi 13 octobre, aux alentours de 18H00 l'endroit où se trouvaient, depuis plus d'une heure, un groupe de sept journalistes" stationnés sur une route pour couvrir la montée de la tension à la frontière.

Depuis le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas à Gaza le 7 octobre, les échanges de tirs entre le Hezbollah Libanais et Israël ainsi que les tentatives d'infiltration de militants palestiniens basés au Liban se sont multipliés.

"La première frappe a tué le photojournaliste de l'agence Reuters Issam Abdallah et grièvement blessé la correspondante de l’AFP Christina Assi, tandis que la seconde a fait exploser le véhicule d'Al Jazeera à proximité immédiate, blessant plusieurs de ses confrères", écrit RSF.

Portant casques et gilets siglés "Press", "il est impossible qu'ils aient été confondus avec des combattants. Ils étaient à découvert depuis plus d'une heure en hauteur sur une colline, donc clairement visibles", dit un enquêteur de RSF dans la vidéo.

"Les premières conclusions de l’enquête permettent d’établir que les reporters n’ont pas été des victimes collatérales de tirs", selon l'organisation.

"L’existence de deux frappes au même endroit dans un espace de temps aussi réduit (un peu plus de 30 secondes), provenant de la même direction, indique clairement un ciblage précis", ajoute-t-elle, estimant "invraisemblable que les journalistes aient été confondus avec des combattants".

Selon deux journalistes présents interrogés dans l'enquête vidéo de RSF, un hélicoptère israélien de type Apache avait survolé la zone avant la tragédie.

Les autorités libanaises ont accusé Israël d'être responsable des frappes. L'armée israélienne a pour sa part déclaré faire des vérifications et s'est dite "désolée".

L'AFP mène sa propre investigation et a demandé à Israël et au Liban "une enquête approfondie".

L'agence Reuters a également demandé aux autorités israéliennes de mener "une enquête rapide, approfondie et transparente".

AFP

guest
1 Commentaires
BONATO Philippe
BONATO Philippe
1 mois

Quelle honte de tuer et blesser des journalistes !