Le directeur général s'explique

Jean-François Moser : "Certains gagnent plus que moi à la SHLMR"

  • Publié le 18 juin 2013 à 16:49

Alors que la tension monte chez les salariés de la SHLMR (société d'habitations à loyer modéré de La Réunion), en grève depuis le lundi 12 juin, le directeur général Jean-François Moser s'explique sur les dernières propositions contestées de la direction et sur sa rémunération, cible de la colère de nombreux employés.

Comprenez-vous la colère des grévistes ?

" Mon unique priorité, ce sont les locataires. C'est vraiment la priorité qui s'impose à l'entreprise. Après, c'est vrai que je suis préoccupé de la façon dont les partenaires sociaux se mobilisent, d'autant que nous avons répété et nous répétons encore que la table des négociations demeure ouverte, et ce depuis le premier jour."

Mais comment négocier lorsque vos propositions varient d'un jour à l'autre * ?

" C'est une manipulation. Chacun doit faire un pas vers l'autre. C'est inimaginable pour une entreprise comme la nôtre d'envisager une augmentation globale de près de 4 %. Il y a un enjeu de reponsabilité. Notre proposition représente un impact global de 2 % d’augmentation, ce qui est largement supérieur à l'inflation. Et ce lundi, nous n'avons pas fait une proposition inférieure, nous avons seulement opéré un réajustement avec une répartition différente."

Une grande partie de la colère des salariés se porte sur votre personne, et notamment sur votre salaire de 20 000 euros. Comment le vivez-vous ?

" Là encore, il s'agit d'une instrumentalisation. Depuis le début, tout le monde est au courant de ma rémunération. Tous les membres du conseil d'administration l'ont votée et je suis un des rares dirigeants de La Réunion à faire preuve d'autant de transparence. Je précise par la même occasion que je gagne moins que mon prédécesseur et que certains cadres salariés gagnent plus que moi à la SHLMR..."

Comment sortir aujourd'hui de cette situation bloquée ?

" Pour dialoguer, il faut être deux. Hier (lundi, ndlr), on a recommencé à discuter, mais ils ont décidé de durcir le mouvement. A un moment, il faut faire la part des choses. Nous sommes une entreprise avec des enjeux majeurs."

Etes-vous favorable à une éventuelle médiation ?

"Hier, la direction du travail m'a informé que les grévistes avait fait une demande en ce sens. Mais dans les textes, une telle demande doit se faire d'un commun accord avec la direction, or ils y sont allés seuls au lieu de venir me voir... Maintenant, il n'y a aucun souci, on peut s'engager dans une médiation, si les conditions sanitaires d'hygiène et de sécurité pour les locataires sont respectées. Je n'imagine pas que les grévistes mettent en difficulté nos locataires, ces conditions doivent être respectées."

Comment envisagez-vous la suite des événements ?

"Je ne maîtrise pas le temps, mais je suis confiant pour trouver bientôt une solution. En revanche, je suis étonné du temps qui passe : pendant ce temps, les locataires sont en difficultés et la société s'affaiblit."

* Lundi, la direction a proposé 1,2 % pour les employés, 0,9 % pour les agents de maîtrise, 0,8 % pour les cadres et 150 euros brut de prime pour tous.

www.ipreunion.com

guest
4 Commentaires
djam974
djam974
9 ans

voici une personne qui m'inspire confiance et respect a la fois de part son parler vrai en phase avec la réalitée du secteur immobilier a la réunion !

trés bonne explication sur le parc immobilier a la réunion !
trés bonne explication sur le parc immobilier a la réunion !
9 ans

démonstration explicite de résultat immobilier a la réunion !!!

yoclai
yoclai
10 ans

monsieur Moser,

Est-ce que je pourrais avoir un Rendez-vous avec vous rapidement.
Merci

Aterla
Aterla
10 ans

Des conseils d'administration qui votent des salaires de 20 000e, voire plus dans d'autres boites...
Un jour il faudra que leurs noms soient connus de tous...