Pacte de solidarité et d'urgence sociale

Le Département décide de verser 170 euros par mois accordé aux services d'aide à domicile

  • Publié le 1 avril 2020 à 14:47
  • Actualisé le 1 avril 2020 à 16:01

Afin d'informer les professionnels accompagnant les publics fragiles de la mise en oeuvre des mesures mises en place par le Département dans le cadre du Pacte de Solidarité et d'Urgence Sociale, une visio-conférence a été organisée par le président Cyrille Melchior avec les Services d'Aides à Domicile (SAAD). Le soutien financier de l'ordre de 170 euros par mois et par professionnel sur la période d'état d'urgence sanitaire a été voté. Nous publions ci-dessous le communiqué du Conseil départemental.

Concernant les mesures pour les établissements sociaux et médico-sociaux et services d’aide et d’accompagnement à domicile, le soutien financier de l’ordre de 170 euros par mois et par professionnel sur la période d’état d’urgence sanitaire a été voté et se décompose comme suit :

70 euros par professionnel par mois pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire pour l’achat d’équipements de protection individuels versés à l’employeur tels que des masques, gants, blouses/sur blouses, gel hydro alcoolique ou tout autre équipement permettant de prévenir toute contamination ;

100 euros par professionnel par mois pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire afin de soutenir l’investissement des équipes pour assurer une continuité de service public.

Par ailleurs, d’autres mesures ont été annoncées :

- le maintien du niveau de financement des structures quelle que soit leur activité,
- la possibilité de faire une avance de trésorerie remboursable aux structures les plus en difficultés.

Enfin, le président a rappelé avoir sollicité le préfet afin que les travailleurs sociaux à domicile puissent être prioritaires dans la distribution des masques, ajoutant que, dès réception des solutions hydro alcooliques commandés par la collectivité, elle s’engageait à fournir les SAAD.

S’agissant plus particulièrement des personnes porteuses de handicap, la commission exécutive de la MDPH s’est également réunie en visio-conférence et a pris des dispositions exceptionnelles pour permettre l’accès aux droits. Dès le 2 avril, la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDDAPH) pourra à nouveau se réunir dans un format adapté, pour examiner les demandes.

Ces séquences ont permis au président de remercier l’ensemble des professionnels pour leur dévouement dans la continuité de leurs prestations et d’accompagnement des publics fragiles en ces moments très difficiles, et de rappeler le soutien de la collectivité, moteur de l’action sociale, dans le cadre de la crise sanitaire.

"Je remercie chaleureusement les professionnels qui s’investissent au quotidien auprès des personnes fragiles et vulnérables. L’engagement de chacun d’entre eux est primordial pour la politique d’action sociale que nous conduisons. Il est important de les rassurer et de les sécuriser dans leurs missions quotidiennes" a déclaré Cyrille Melchior.

guest
2 Commentaires
Angel
Angel
3 ans

Nous sommes les aidant ki depuis le confinement ont était en seconde ligne le plus sollicité pour aide les personnes en difficulté les plus vulnérablesEt nous sommes les dernières à ne pas bénéficier d aucune prime comme les infirmière et les ephad de 1000â"¬ qui on était versé par l état ns sommes des délaissé...Merci pour les 100â"¬que par force de pression sur entreprise qui ns à remis mais nous savons pa combien de mois ns devrions en bénéficier ?? Ce que nous ressenti on c que ds ce métier ki est difficile de part notre salaire est déjà peu stable : et 'est pa maintenu lors du décès des bénéficiaire,, Et ns ne sommes très peu avoir le smic et que ns penon pour vivr voilà le coup de gueule que ns BCordialent

Mimi
Mimi
4 ans

Bjr, je suis pas d'accord avec le département en tant que assistante de vie on mérite une prime comme les autres par ce que nous étions au front avec la peur au ventre et plus. Crispée, palpitation, je pleurais tout les jours, peur d,attrapé ce virus mortel, car moi j,j'ai une famille.