7ème art

A Cannes, fin de la compétition avec le dernier film de Ken Loach pour se dire au revoir

  • Publié le 26 mai 2023 à 06:53
  • Actualisé le 26 mai 2023 à 07:06

Jamais deux sans trois ? Dernière ligne droite au Festival de Cannes, où deux films doivent encore être projetés vendredi, dont celui du double palmé Ken Loach, avant que le jury ne se retire pour décerner samedi soir la Palme d'Or.

Cette 76e édition a déjà été marquée par le retour des stars hollywoodiennes et la présence record de réalisatrices.

Vendredi, le Britannique Ken Loach (86 ans), doyen de la compétition, est attendu sur la Croisette avec "The Old Oak", présenté comme son ultime long-métrage. Avec une question: deviendra-t-il le premier réalisateur à décrocher pour la troisième fois la récompense suprême du plus grand festival de cinéma au monde ?

Témoin impitoyable de son époque, droit dans ses bottes et ses convictions (très à gauche) depuis ses débuts, il a remporté sa première Palme en 2006 avec "Le vent se lève" et la seconde en 2016 avec "Moi, Daniel Blake". "Sorry We Missed You", son dernier film, avait aussi été présenté en compétition à Cannes en 2019.

L'intrigue de "The Old Oak" se déroule dans un village en déshérence d'anciens mineurs de charbon, que des réfugiés syriens tentent de réveiller. Au centre du village et de l'intrigue, l'avenir incertain du dernier pub, The Old Oak.

Le Britannique partagera les marches vendredi avec l'Italienne Alice Rohrwacher. Pour la troisième fois en compétition, elle présentera "La Chimera", sur un jeune archéologue mêlé à un groupe de pilleurs de tombes dans l'Italie des années 80.

- Kaurismäki favori -

La cinéaste de 41 ans avait reçu le Grand prix du festival en 2014 avec "Les Merveilles", avant de recevoir, quatre ans plus tard, le prix du scénario ex-aequo pour "Heureux comme Lazzaro". En 2019, elle avait été membre du jury présidé par le réalisateur Alejandro González Iñárritu.

Avec trois réalisateurs italiens en compétition cette année -- Marco Bellocchio (83 ans), Nanni Moretti (69 ans) et elle-même -- le 7e art transalpin a fait la démonstration de sa vitalité.

Qui succèdera à Ruben Östlund, Palme d'or l'an dernier avec "Sans filtre" ? A ce stade, Aki Kaurismäki fait la course en tête avec "Les feuilles mortes", selon le magazine professionnel Screen qui compile des critiques de la presse internationale.

Le Finlandais, expert du spleen, a reçu un accueil extrêmement élogieux avec sa romance minimaliste aux accents baudelairiens entre deux âmes esseulées, dans une Finlande ouvrière et pluvieuse.

L'auteur du "Havre" et de "l'Homme sans Passé" y narre la rencontre improbable entre une caissière de supermarché licenciée pour le vol d'un sandwich et un homme alcoolique. Epure de la mise en scène, humour pince-sans-rire des situations et sens du décalage, Kaurismäki, est à son meilleur dans ce film, l'un des rares à avoir été applaudis lors des séances de presse.

L'autre grand favori est le film de la Française Justine Triet, "Anatomie d'une chute". Dense et rythmé, il dresse le portrait d'une femme accusée d'avoir tué son mari. Castratrice diabolique ou victime ? Au spectateur de trancher.

Dans le rôle-titre: l'Allemande Sandra Hüller, également présente dans "The Zone of Interest" du Britannique Jonathan Glazer.
Autre coup de cœur des festivalier, "May December", du réalisateur américain Todd Haynes. Un film sur les faux-semblants et le déni d'une relation interdite entre un mineur et une adulte avec Julianne Moore et Natalie Portman.

Au total, 21 longs-métrages sont en lice cette année. Sept sont réalisés par des femmes, dont la benjamine de la compétition Ramata-Toulaye Sy, 36 ans.

Après avoir visionné les derniers films, le jury se retirera dans une villa pour délibérer samedi, et annoncer le palmarès en début de soirée. Aux côtés de Ruben Östlund, l'acteur français Denis Ménochet, la réalisatrice française Julia Ducournau, Palme d'or 2021 ou encore le réalisateur argentin Damian Szifron.

AFP

guest
0 Commentaires