En plein conseil municipal

Val-de-Marne: un maire fait un salut nazi, la préfète saisit la justice

  • Publié le 22 avril 2024 à 04:32
  • Actualisé le 22 avril 2024 à 09:52

La préfète du Val-de-Marne va saisir le procureur de la République de Créteil après que le maire de Villeneuve-Saint-Georges a fait un salut nazi samedi en conseil municipal, a annoncé dimanche la préfecture (Photo d'illustration rb/www.imazpress.com)

 "Un tel geste, qui a fait l'objet de nombreux témoignages adressés au représentant de l'État, est tout à fait inacceptable", a estimé la préfecture dans un communiqué.

Le conseil municipal de Villeneuve-Saint-Georges était réuni samedi pour le vote du budget annuel de cette commune d'environ 35.000 habitants, située à une quinzaine de kilomètres au sud de Paris.

Dépourvu de majorité, Philippe Gaudin, maire divers droite depuis 2020, n'était pas parvenu à faire adopter son budget le 15 avril, date limite fixée par la loi, en raison d'un boycott de nombreux élus. Un délai lui avait alors été accordé jusqu'à samedi.

Lors de la séance, le ton est monté entre l'élu écologiste Birol Biyik, et Philippe Gaudin, le premier accusant le second d'une alliance avec l'extrême droite pour emporter la ville en 2020.

Excédé, le maire a alors suspendu la séance et fait un salut nazi, qu'il a même répété, "la deuxième fois avec les paroles", a accusé sur BFMTV l'adjoint Emmanuelly Gougougnan-Zadigue.

Interrogé par cette chaîne, Philippe Gaudin a présenté ses excuses pour un "geste malheureux", évoquant "une boutade" et non "un signe d'appartenance".

"C'est un acte antisémite", a au contraire estimé Emmanuelly Gougougnan-Zadigue, demandant la démission du maire et indiquant sa volonté de "déposer plainte" contre lui avec plusieurs autres élus.

Dans son communiqué, la préfecture a également indiqué saisir la chambre régionale des comptes (CRC) d'Ile-de-France, qui "proposera les mesures nécessaires à l'établissement de l'équilibre budgétaire permettant qu'un budget soit arrêté".

AFP


 

guest
1 Commentaires
Pierrot 974
Pierrot 974
1 mois

"Ils" se lâchent de plus en plus partout, sans aucune retenue.
Il va falloir que la Résistance sorte aussi du bois, comme en 1940...