Social

Calendrier de femmes en détresse

  • Publié le 17 novembre 2009 à 03:00

Un calendrier conçu par des femmes victimes de violences est en vente depuis ce lundi 9 novembre 2009. Il propose des photos artistiques originales pour permettre aux femmes recueillies par le centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) de Saint-Pierre de s'exprimer autrement que par les mots. Sa vente a deux objectifs : faire connaître l'existence de ces structures d'aide que sont les CHRS et bénéficier d'une nouvelle manne financière pour construire un espace pour les enfants du CHRS de Saint-Pierre.

Une dizaine de femmes se sont mises en scène devant l'objectif d'Antonio Prianon. Ces clichés, qui représentent la vie au centre d'hébergement, ont été prises avec un appareil photo en bois entièrement fabriqué par le photographe. Floutées, les femmes ne sont pas reconnaissables.

Il existe six centres d'hébergement et de réinsertion sociale sur l'île. Ils accueillent les femmes en détresse psychologique ou physique afin de les aider dans toutes leurs démarches : de santé, administrative, juridique si besoin, éducative et autres. Les femmes restent 4 mois en moyenne dans ces CHRS, mais certains peuvent aller jusqu'à rester un an.

Le CHRS de Saint-Pierre est complet avec 27 femmes actuellement hébergées. Et sa liste d'attente dépasse les 60 noms en cette période de fin d'année traditionnellement plus chargée pour les éducateurs sociaux.

Selon les chiffres d'une enquête d'envergure nationale concernant les violences contre les femmes, l'indice global de violences conjugales est de 15% à la Réunion contre 9% en métropole. Près de trois femmes sur dix vivant en couple déclarent être victimes d'atteintes psychologiques, dont un tiers se disent harcelées par leur conjoint. 
Cette enquête, réalisée auprès d'un échantillon de 1 200 réunionnaises âgées de 20 à 59 ans, révèle que les violences contre les femmes sont "caractérisées par une grande proportion d'actes commis par les proches". Ainsi, "60 % des brutalités physiques et des tentatives de meurtres dénoncées par les femmes sont le fait des conjoints et ex-conjoints", toujours selon le même rapport.


Pour acheter ce calendrier des femmes en détresse, contactez le secrétariat de l'association à l'origine du projet :

SOS détresse au 02 62 25 36 94

guest
1 Commentaires
Same
Same
3 ans

Je suis une maman qui reçoit en permanence des violences verbales et psychologiques de la part des enfants (jumeaux) de 25 ans. Personnes n'y peut rien 2 fois les gendarmes sont venus mais pas de solution !!! Par pitié aide moi je ne sais plus quoi faire cela fait des années que ça dur les portes sont fermées ils ne veulent pas quitter le domicile et c'est eux qui commande moi je ne suis que leurs victime