Un congrès extraordinaire se tiendra le 23 mars

CGTR : Jacky Balmine nommé secrétaire général du bureau confédéral

  • Publié le 1 février 2024 à 16:16
  • Actualisé le 1 février 2024 à 16:38

La CGTR est-elle en train de sortir la tête de l'eau. Placée sous la houlette d'une mandataire judiciaire en novembre 2023, la Confédération générale du travail à La Réunion (CGTR) a validé le 13 janvier 2024 la composition de son Bureau confédéral, composé de huit membres. À sa tête, Jacky Balmine. La CGTR annonce également la tenue d'un congrès extraordinaire le samedi 23 mars 2024 (Photo d'illustration : rb/www.imazpress.com)

Parmi les nouveaux membres de ce bureau confédéral : Jacky Balmine comme secrétaire général, Linda Diblar, Georges Caro, Sandra Menuel et Pierrick Ollivier nommés secrétaires confédéraux. Raymond Payet devient trésorier, Loïc Désirée, trésorier adjoint et Patrick Grondin est nommé membre.

- Un nouveau bureau après des mois de tourmente -

Le jeudi 2 novembre 2023, une mandataire judiciaire a été nommée par le tribunal judiciaire de Saint-Denis. Elle a été désignée pour être en poste durant six mois.

Le tribunal avait pris cette décision pour assurer le maintien et la continuité de fonctionnement du syndicat dans l'attente du congrès extraordinaire de la centrale syndicale et la nomination d'un nouveau secrétaire confédéral.

Une mandataire désignée alors que l'ancien secrétaire général - Jacques Bhugon - avait été évincé le vendredi 19 mai 2023, comme annoncé par Imaz Press. L'ancien dirigeant avait été mis à l'écart après avoir été mis en cause dans un dossier de non-paiement des cotisations sociales.

Lire aussi : CGTR : Jacques Bhugon révoqué, son successeur toujours pas désigné

Comme nous vous le révélions, dès le mercredi 12 avril 2023, c'est notamment une dette importante – près de 94.000 euros – non réglée par Jacques Bhugon, alors dirigeant de la fédération métallurgie, qui a provoqué le trouble au sein de la confédération.

Ces 94.000 euros correspondent à des cotisations sociales réclamées par la Caisse générale de sécurité sociale (CGSS) pour la période allant de janvier 2017 à décembre 2022.

La CGSS indiquait dans un courrier, que nous avons en notre possession, que "l'échéancier accordé à la suite de la crise (Covid - ndlr) n'ayant pas été honoré, vous (la fédération – ndlr) ne pouvez plus bénéficier de la remise d'office de vos majorations de retard associées".

Lire aussi - Révocation : Jacques Bhugon n'est plus le secrétaire général de la CGTR

Lire aussi - La sécurité sociale réclame plus de 94.000 euros à la fédération métallurgie de la CGTR

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

guest
1 Commentaires
Passi974
Passi974
3 semaines

I mank un cheval et une épée 😂