Deuxième jour de visite ministérielle

Marie Guévenoux en préfecture pour plancher sur la vie chère

  • Publié le 15 mai 2024 à 10:00
  • Actualisé le 15 mai 2024 à 19:43

Ce mercredi 15 mai 2024, Marie Guévenoux, ministre déléguée aux Outre-mer, entame sa deuxième et dernière journée de visite à La Réunion. Au programme, mobilité, visite d'une exploitation agricole dévastée par le cyclone Belal, passage par le Grand port maritime pour terminer par la vie chère. La ministre a également participé a un hommage rendu aux agents pénitentiaires tués dans l'Eure. Une ultime journée de rencontres et d'échanges. La veille, lors de sa venue sur l'île, la ministre a rencontré les présidents de Région et du Département, avant d'inaugurer une nouvelle brigade de gendarmerie dans le quartier de Bras-Fusil à Saint-Benoît. Une visite de terrain mais sans grandes annonces (Photo sly/www.imazpress.com)

  • La ministre en visite au Grand port maritime

    Ce mercredi 15 mai - après avoir participé au Conseil de surveillance avec le président à propos de la Nouvelle-Calédonie, Marie Guévenoux est allée visiter la capitainerie du Port pour la présentation des projets de modernisation du Grand Port maritime (France 2030) et de coopération régionale.

  • Agents pénitentiaires tués : "C'est toute la République qui est touchée"

    "Nous sommes venus rendre hommage aux agent pénitentiaires qui ont perdu la vie dans l'horrible crime de l'Eure. Aujourd'hui, trois autres agents sont gravement blessés. On espère tous qu'ils se rétablissent le mieux possible avec une pensée évidemment à leur famille, leur proches, à tous ceux qui les connaissent et qui les chérissent", a déclaré Marie Guévenoux.

    Un hommage à "chacun de vous qui servez la République en assurant cette mission de service public qui est importante pour nos contitroyens et vous dire la reconansisance".

    "Il est important que tout le monde soit là parce que avec la situation abominable qui a touché des agents, c'est toute la République qui est touchée.

  • Une minute de silence a été organisée pour rendre hommage aux deux agents tués.

  • Un hommage à la prison de Domenjod avec la ministre

    Ce mercredi 15 mai, la ministre déléguée des Outre-mer a modifié son programme afin de se rendre à la prison de Domenjod. Marie Guévenoux est allée à la rencontre des agents pénitentiaires, fortement meurtris après la mort de deux de leurs collègues, tués lors d’une attaque armée dans l’Eure.

    Lire aussi - Attaque d'un fourgon pénitentiaire dans l'Eure : les prisons de La Réunion à l'arrêt

  • Marie Guevénoux en visite sur une exploitation agricole

    Ce mercredi 15 mai 2024, la ministre déléguée des Outre-mer s'est rendue sur une exploitation agricole touchée par le cyclone Belal à Sainte-Suzanne.

    Suite au passage du cyclone Belal, le fonds de secours pour les Outre-mer a été activé à La Réunion afin d’indemniser certaines catégories de sinistrés pour les biens non assurés et non assurables.

    Selon la Chambre d'agriculture, et rien que pour Belal, "l'impact dévastateur se chiffre à une somme totale et colossale de 36,5 millions d'euros pour les cultures végétales et les productions animales".

    Lire aussi - L'agriculture après Belal : au moins 33 millions d'euros de pertes pour la filière

    Lire aussi - Fruits et légumes rares et chers... l’agriculture réunionnaise (toujours) sinistrée

    Lire aussi - Cyclone Belal : 2,2 millions d'euros pour indemniser les agriculteurs

     

  • Bonjour La Réunion,

    Merci de nous retrouver pour ce deuxième jour de visite à La Réunion de la ministre déléguée des Outre-mer, Marie Guévenoux.

    Retrouvez notre précédent live ici.

À propos

Le premier jour de visite de Marie Guévenoux à La Réunion, a débuté par plusieurs rencontres avec les élus. Au menu des échanges : Air Austral, octroi de mer, vie chère et revenu de solidarité active.

Lire aussi - Saint-Benoît : Marie Guévenoux inaugure la brigade de gendarmerie de proximité de Bras-Fusil

- Un RSA sans condition… une mesure à étudier -

Depuis mai 2023, certains allocataires voient leur revenu de solidarité active (RSA) soumis à un engagement d’activité de 15 à 20 heures par semaine pour pouvoir bénéficier des minimas sociaux.

À La Réunion, le Département et plusieurs élus se sont fermement opposés au fait que ces personnes sans travail se retrouvent coupés de leurs droits au revenu de solidarité active.

"On voudrait que ces personnes travaillent et soient sanctionnées. Nous on est contre", a lancé Huguette Bello, la présidente de Région.

Cyrille Melchior, président du Département a lui aussi évoqué avec la ministre "les particularités de La Réunion, avec les difficultés qu'il y a à accompagner 95.000 personnes". Et ce, même si "avec l'expérimentation, 30% sont en situation de travail."

Ce que demande le président du Conseil départemental, c'est "un accompagnement concerté, co-construit pour une meilleure insertion des personnes bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active)".

Sur ce sujet, Marie Guévenoux a déclaré : "il faut accompagner un maximum le retour à l'emploi mais pas sanctionner les bénéficiaires qui ne pourraient pas trouver d'emploi en raison de leur situation".

"L'idée du gouvernement est de permettre le retour à l'emploi et faisant bénéficier d'une formation et en aucun cas sanctionner ceux qui sont volontaires à retrouver un emploi."

Raison pour laquelle, prochainement, "un comité territorial mené par le préfet, avec la Région et le Département, évaluera chacune des situations".

Lire aussi - Plein emploi : le Département s'oppose à des sanctions pour les bénéficiaires du RSA

Lire aussi - Cyrille Melchior sollicite une adaptation du projet de loi plein emploi

Lire aussi - Plein emploi : les élus demandent des mesures adaptées aux Outre-mer

- Octroi de mer et vie chère -

Lors de ces entrevus, les deux représentants ont également échangé avec la ministre à propos de l'octroi de mer.

Les élus de La Réunion - alors que pour la Cour des comptes l'octroi de mer n'a plus lieu d'être - considèrent que le réformer "serait dangereux".

"L'octroi de mer n'est pas la colonne vertébrale de la vie chère à La Réunion", a tenu à rappeler Huguette Bello. "Nous demandons à ce qu'il soit inscrit au projet de loi de finances."

Cyrille Melchior demande lui "des clarifications pour que ce dispositif de financements fiscaux à travers l'octroi de mer soit bien adapté à la situation de l'île et que ce dispositif ne participe pas au renchérissement des prix à La Réunion".

La ministre déléguée aux Outre-mer le dit, "les produits consommés ici sont 30 à 40% plus chers et cela n'est pas tenable ni supportable pour les foyers". "Il faut que l'on travaille ensemble pour faire la lumière sur la façon dont sont construits les prix pour agir pour le pouvoir d'achat des Réunionnais."

Sur ce sujet, des conseillers du ministère des Outre-mer reviendront sur l'île la semaine prochaine afin d'échanger avec les acteurs politiques et économiques. "On partage tous l'objectif de réduction des prix de consommation. C'est vital et la population est impatiente."

Lire aussi - Réforme de l'octroi de mer : des élus à la rencontre du président de la cour des comptes

Lire aussi - Octroi de mer : "bouc émissaire de la vie chère", mais "indispensable" pour l'économie réunionnaise

- La survie d'Air Austral abordée -

Autre sujet abordé avec la présidente de Région, Air Austral. Il y a presque une semaine, le jeudi 9 mai 2024, un accord a été signé entre la direction, les actionnaires et les syndicats de la compagnie aérienne. Un accord au prix de grands sacrifices pour les salariés, mais nécessaire pour qu'Air Austral perdure.

Un premier pas avant le plan de retournement qui doit être présenté à l'État.

La Région a demandé à ce que ce plan passe à cinq ans à la place des trois ans prévus.

"Nous allons voir comment accompagner Air Austral, sachant que l'État avait déjà annulé une dette de 100 millions d'euros de la compagnie", souligne Marie Guévenoux.

"On se retrouvera le 21 mai pour voir quelle est la suite à donner mais évidemment pour moi Air Austral – qui est un fleuron de l'économie réunionnaise – on doit faire en sorte que l'État puisse accompagner à proportion de ce que ferons les actionnaires."

Lire aussi - Air Austral : l'accord est signé mais la compagnie n'est pas (encore) tirée d'affaire

Lire aussi - Air Austral : l'accord de performance collective est (enfin) signé

- Trois millions d'euros pour les plus démunis -

Deux pactes ont également été signés ce mardi 14 mai avec le Département de La Réunion. Le premier : le pacte de solidarité.

"Cette solidarité va s'exprimer à travers une enveloppe de presque trois millions d'euros que l'État va apporter au Département de La Réunion." "Cette enveloppe va compléter notre propre budget de façon à renforcer sur le terrain les actions en faveur des plus démunis en terme d'accompagnement alimentaire, de parentalité, d'insertion, de logement...", lance Cyrille Melchior.

Le second : une convention relative au financement du programme Meren (irrigation des secteurs nord et est de l’île).

"On a signé pour l'accès à l'eau", dit-elle. "C'était un dossier prioritaire pour le président du Département lorsqu'il était venu nous voir il y a deux mois et qui trouve aujourd'hui une traduction concrète puisque c'est 30 millions d'euros qui vont pouvoir financer ce projet qui vise à sécuriser les interconnexions et faire en sorte que sur la partie est de l'île qui fait parfois face à des coupures d'eau ou à des problématiques d'irrigation, puisse être en capacité de fournir de l'eau à chacun des Réunionnais et des Réunionnaises."

"Le gouvernement est heureux de pouvoir accompagner l'avenir en accès en eau, ressource essentielle pour les Réunionnais."

- Sécurité et "place nette" à La Réunion -

Sur le volet sécurité, l'après-midi, Marie Guévenoux s'est rendue dans le quartier de Bras-Fusil à Saint-Benoît afin d'inaugurer une nouvelle brigade de gendarmerie.

Marie Guévenoux a inauguré cette nouvelle brigade qui sera portée par six gendarmes - dont trois sont d'ores et déjà arrivés à La Réunion. "L'objectif est de faire une brigade de proximité, être au contact de la population et investiguer", déclare la ministre.

"Cette brigade - au coeur des habitations - a également pour objectif de créer un lien de confiance avec la population afin d'avoir des relations plus apaisées dans ce quartier en proie à des tensions."

Autre point pour lequel Marie Guévenoux était à Saint-Benoît : l'opération "Place nette". "Deux opérations ont eu lieu à Saint-Benoît et 33 autres sur l'île. Elles ont mobilisée 2.600 hommes et femmes de la police et de la gendarmerie."

Avec un final, "des résultats positifs". "Près d'une dizaine de milliers d'euros saisis, des dizaines d'armes saisies et des kilos de stupéfiants." "Des interpellations ont également eu lieu et grâce au travail avec le parquet, ces individus interpellés ont pu être condamnés", ajoute-t-elle.

Lire aussi - Violences urbaines : deux blessés par arme à feu à Bras-Fusil ce week-end, le préfet hausse le ton

- Programme de la visite -

Mercredi 15 mai
8h:
échanges avec les services de l’Agence de l’Outre-mer pour la mobilité (LADOM) et des bénéficiaires de l'aide à la continuité territoriale
9h35 : visite d’une exploitation agricole touchée par le cyclone Belal
12h30 : visite du Grand port maritime de La Réunion
- visite de la capitainerie du Port pour la présentation des projets de modernisation du Grand Port maritime (France 2030) et de coopération régionale
-visite de la darse de pêche pour évoquer les enjeux de renouvellement de la flotte de pêche,
- à bord du Marion Dufresne pour une présentation de l’année de la mer
15h20 : Séquence sur la vie chère, déambulation sur le marché de gros à Saint-Piere, réunion sur la formation des prix

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

 

guest
2 Commentaires
parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mo
parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mo
1 semaine

Une MACRO - Niste, de la t^te au pied qui nous fait croire qu'elle a du pain sur la planche ...

Certains jouent aux échecs, ...d'autres les collectionnent

Missouk
Missouk
1 semaine

On va voir ce qu'on va voir. En fait rien, comme d'habitude. Une petite visite d'agrément, et puis s'en va. Lamentable !