[PHOTOS/VIDÉOS] Contrôles des forces de l'ordre (actualisé)

Saint-André : opération Place nette dans le quartier Fayard

  • Publié le 4 avril 2024 à 18:19

Dans le cadre d'une opération "Place nette" un important dispositif des forces de l'ordre est déployé dans le quartier de Fayard à Saint-André ce jeudi après-midi 4 avril 2024. La décision d'organiser ces contrôles massifs a été prise par la préfecture à la suite des violences urbaines qui secouent ce quartier sensible saint-andréen depuis quelques mois. L'opération a lieu en présence du préfet Jérôme Filippini (Photo rb/www.ipreunion.com)

Une soixantaine de fonctionnaires de police sont engagés sur cette opération, qui va consister à faire des contrôles routiers avec vérification des coffres, des visites de caves, des contrôles à la sortie des établissements scolaires.

En plus des policiers, la police municipale, des agents de la Cirest et des agents du réseau Estival sont mobilisés pour cette opération. Des contrôles de bus sont aussi prévus.

Les contrôles ont commencé dans l’une des blocs d’habitation qui jouxte la place Fayard. Le chien renifleur de stupéfiants passse entre les voitures garée sur le parking. Les visites de caves d’immeubles ont également commencé, le préfet suit tout cela de près.

"Le premier objectif est de marquer la présence conjointe de la police ou de la gendarmerie, avec les services municipaux. Montrer qu'on travaille ensemble pour le bien et la sécurité des habitants" déclare Jérôme Filippini. "Le deuxième objectif est d'aller lutter contre le trafic de drogues, toutes les irrégularités qu'il peut y avoir."

Concernant l'augmentation des faits de violences, le préfet s'inquiète qu'elles "sont parfois du fait de personnes qui sont très jeunes". "On fait le diagnostic d'une délinquance auquelle La Réunion n'était pas habituée, il y a ce comportement des mineurs qui est une inquiétude" souligne-t-il. Ecoutez :

"C'est une continuité des opérations menées en partenariat avec l'Etat" indique Gilles Naze, adjoint à la sécurité à la mairie de Saint-André. "C'est déjà pour rassurer la population, interpeller les délinquants...Depuis fin 2023, nous avons renforcé les réunions du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance et on continue d'essayer de travailler au mieux avec tous les partenaires" ajoute-t-il.

"Il y a des problèmes qui sont pas totalement résolus mais on arrive à bien avancer" estime-t-il. "Je dirais qu'il y a un sentiment d'injustice, mais le problème n'est pas sur les personnes originaires d'autres départements, il y a un problème d'exclusion. Il y a des jeunes qui sont sur le territoire, en manque de tuteurs, et qui sont laissés pour compte" assure-t-il. Ecoutez :

"On a déjà atteint plusieurs objectifs. Les opérations Place nette sont là pour sécuriser, c'est ce qu'on est entrain de faire dans des secteurs donnés. C'est un message fort pour la population, mais pour les délinquants" estime Laurent Chavanne, directeur départemental de la police.

L'opération est menée "avec les élus, la ville de Saint-André, pour un travail partenarial qui existe depuis des années et qui s'est renforcé". "Il y a un accueil plutôt favorable de la population concernant ces actions, mais il y a le soir une partie restreinte de personnes qui vont entraîner les violences urbaines" souligne-t-il. Regardez :

- Flambée de violences -

"Les forces de l’ordre ont été prises à partie et des attroupements violents se déroulent parfois à la sortie des établissements scolaires, créant un climat d’insécurité pour la population" rappelle la préfecture pour expliquer la tenue des contrôles.

Lire aussi - Saint-André : un individu interpellé suite à des violences sur policiers

A noter que cette recrudescence des violences urbaines à Saint-André mais également à Saint-Benoît et à Saint-Denis depuis plusieurs semaines voire des mois, provoque une vive inquiétude chez les maires de l'île. Ce mercredi 27 mars 2024, ils ont décidé "d'une voix commune", d'interpeller l'État qui "doit faire mieux pour rétablir l'ordre républicain".

Ce mercredi 3 avril une nouvelle rencontre a eu lien entre les maires et le préfet. A l'issue de la rencontre, la création d'un "conseil départemental de prévention de la délinquance" a notamment été annoncé. Cette instace se consacrera, entre autres, à la problématique des mineurs délaissés

Lire aussi - Violences urbaines : le préfet et les élus s'engagent pour une "meilleure coordinations des moyens"

Deux axes ont notamment été retenus lors des discussions entre les élus et les autorités : la répression, mais aussi la prévention.

"Face aux violences que nous constatons, il faut que la police et la gendarmerie travaillent en lien avec les maires avec les instruments qui existent, mais aussi avec de nouveaux dispositifs comme Place nette" détaille le préfet. "Cet axe répressif est fait pour envoyer un signal aux délinquants : aucune tolérance."

Les opérations vont se multiplier dans l'île, notamment dans les villes les plus concernées par ces violences. Cela a été le cas dans le quartier du Moufia à Saint-Denis. ce mardi, et donc ce jeudi à Saint-André.

www.imazpress.com / redac@ipreunion.com

 

 

guest
3 Commentaires
Missouk
Missouk
2 semaines

C'est de la gesticulation médiatique, rien d'autre! Il ont saisi quoi ? En pleine journée, une telle opération c'est risible, qu'ils y aillent la nuit à 23h!

Robert
Robert
2 semaines

C’est le soir faut venir pas la journée la nuit bébête i sorte

HULK
HULK
2 semaines

Coup de com. Faire le buzz, ils ne savent faire que çà.